Trahison

Transcript par Sam pour Buffy VS. Interdiction formelle de recopier.


PROLOGUE :
EXT – DEVANT LE CINEMA – NUIT
Plan sur le cinéma de Sunnydale qui donnait comme représentation le film : Le banquet d’Amelia (titre original). Des couples sortent du cinéma, enlacés. Buffy et Angel en sortent à leur tour mais sont éloignés et choqués.
BUFFY (gênée) : Bon.
ANGEL (aussi gêné) : Oui.
BUFFY : c’était très… artistique.
ANGEL : Moui…
BUFFY : Heu… je m’attendais pas à ça. C’est la première fois que… je vois ça. Enfin, d’après le titre je pensais que ça parlerais de nourriture.
ANGEL : il y avait de la nourriture.
BUFFY : Oui, dans la scène où… ils dînent. Alors ? Tu as envie d’un chocolat chaud ? Ou d’une bonne douche froide ?
ANGEL : Pardonne-moi. Je ne savais pas de quoi il s’agissait. Il y a si longtemps que je n’avais pas vu de film. Ca a changé.
BUFFY : Ils osent tout. (elle s’arrête devant lui) et en même temps, c’est pas comme dans la vie. C’est pour ça que je voudrais… enfin, il ne faut pas que ça te travaille. Nous deux… on peut pas faire pareil. Tu perdrais ton âme… Remarque, je n’ai même pas de porte-jarretelles.
ANGEL : Buffy, ne sois pas inquiète pour moi.
BUFFY : Oui, mais qui s’y frotte s’y pique. (Réfléchis) Tiens, tout à coup cette expression, je la comprends mieux.
ANGEL (sourit) : Tu sais, pour avoir des idées j’ai pas besoin d’aller au cinéma. Ta présence, elle seule, me fait de l’effet. Mais je peux encore me contrôler et ne pas devenir trop frustré. Je tiens à toi, ça me suffit.
BUFFY : tu es sur que ça te suffit ? Tu ne vas pas devenir fou ?
ANGEL : N’aie pas peur.
Il l’embrasse.
ANGEL : tu vois, je peux continuer à t’aimer.
Ils s’embrassent à nouveau. Faith arrive près d’eux.
FAITH : chouette, une scène d’amour.
Ils s’arrêtent de s’embrasser, gênés.
BUFFY (A Faith) : en mission ?
Elle acquiesce.
ANGEL : Le Conseil t’a laissé reprendre tes activités ?
FAITH : Oui, enfin. Ils veulent qu’on passe chez Mersa.
BUFFY : On y va. (à Angel) Bonne nuit.
ANGEL (lui tenant la main) : sois prudente.
FAITH : t’inquiètes pas Roméo, je te la garde bien au chaud.
Angel les regarde partir.
EXT – CIMETIERE – NUIT
Buffy et Faith patrouillent. Buffy est perdue dans ses pensées.
FAITH : Je voulais te dire bravo. Pour ce qui est du self-control, tu es championne du monde.
BUFFY : Merci… (réalise) Quoi ?
FAITH : Le genre “on s’embrasse mais pas plus” avec Angel. Moi, je sais pas si je pourrais tenir. Enfin, si je pourrais ME tenir.
Buffy s’arrête, agacée.
BUFFY : en ce qui concerne Angel, fais-moi plaisir… Baisse-toi !
Faith se baisse et on voit un démon derrière elle. Buffy le frappe et elles le plaquent contre le mur d’un mausolée. Le démon est habillé comme un humain et porte un chapeau.
DEMON : hé, mais vous êtes folle ! Ce n’est pas une façon de traiter les gens !
BUFFY : Les gens ?
DEMON : D’accord, je suis un démon mais c’est pas une raison.
Elles sortent des pieux et les pointent sur lui.
DEMON (effraye) : D’accord, ça va… tuez-moi tout de suite et vous ne saurez jamais qui je suis. Réfléchissez, un démon qui cherche des tueuses, c’est plutôt inhabituel…
Elles le lâchent et rangent leurs pieux.
FAITH : Vas-y, accouche.
DEMON : Ca vous dirais d’avoir entre les mains les Livres de l’Ascension ?
BUFFY : De quoi tu parles ?
DEMON : Mais des Livres de l’Ascension, des œuvres majeures. Et quand je parle de majeurs, je ne parle pas de style. La référence toute puissante du monde occulte. Et le Maire, il n’aimerait pas quelqu’un les ait avant que… enfin, vous voyez.
Faith angoisse un peu. Buffy ne comprends rien.
BUFFY : Je ne vois pas. Avant qu’il quoi ?
DEMON : Hé, hé, lisez-les et vous comprendrez. C’est tout ce que j’ai à dire. Demain, j’aurai les bouquins. Retrouvez-moi ici et si le prix est correct, ces livres vous appartiendront.
BUFFY : Je n’aime pas trop le commerce avec les démons.
DEMON : vous pouvez dire troc si vous n’aimez pas le commerce, c’est pas un problème. Mais je veux du liquide, princesse. 5 000 dollars et c’est à vous.
FAITH : C’est pour te payer un lifting ou des produits de beauté ?
DEMON : Ah, ah. Un billet d’avion. J’ai décidé de me barrer avant qu’on m’envoie en enfer. Alors, 5 000 petits milliers, c’est pas une affaire ?
FAITH : Je pense que ce qui serait une affaire, c’est de t’envoyer…
Il s’enfuit. Faith veut le suivre mais Buffy la stoppe.
BUFFY : Laisse-le partir. Je ne pense pas qu’il soit une menace sérieuse pour la survie de l’humanité.
FAITH : Un démon est un démon.
BUFFY : J’aimerais en savoir un peu plus sur ces Livres de l’Ascension. Tout ce qui peut compromettre le Maire est bienvenu.
FAITH : Oui… bienvenu.

GENERIQUE

ACTE 1
INT – BUREAU DU MAIRE – NUIT
Faith est assise devant le bureau. Le Maire marche derrière elle.
MAIRE : De quoi avait-il l’air, ce démon, exactement ?
FAITH : D’un diablotin.
MAIRE : Ah… et il t’a dit qu’il avait en sa possession les Livres de l’Ascension ou qu’il les aurait bientôt. Et qu’il voulait, qu’il envisageait de les vendre ?
FAITH : C’est bien ça.
MAIRE : Mmm… Ce qui me ferais plaisir… ce serait que tu ramène tes cheveux en arrière. (Faith est surprise) je sais, je sais. La mode n’est pas vraiment mon truc mais… C’est fou, regarde-toi, tu as un si joli visage. C’est très dommage de le cacher.
FAITH (hésitante) : Oui. Bien sûr. Peu importe. Si vous voulez… Dans très peu de temps, ce démon va vendre la mèche et Buffy et ses supers copains…
MAIRE : Je trouve que tu t’inquiète beaucoup pour une fille de ton âge. Pas la peine de t’angoisser. Heureusement, j’ai ce qu’il te faut.
Il prend une carafe de lait et en verse dans un verre. Il le donne à Faith et s’appuie contre son bureau.
MAIRE : et voilà. D’abord tu t’occupes de ton calcium. Ensuite, tu pars en chasse et tu tords le cou à ce démon. Et puis, tu me rapporte les bouquins.
Faith pose le verre sans le boire.
FAITH : Et si Buffy le retrouve la première ?
MAIRE : Ah oui… Franchement, ce n’est pas la bonne façon de réagir. Sois positive, sois plus confiante. Et si jamais tu me décevais… enfin, tu sais que remplacer M.Trick n’a pas été chose facile…
Il rigole. Faith est mal a l’aise.
MAIRE : Allez, je plaisantais. Bois ça. Il n’y a rien d’humiliant à avoir de bonnes dents et des os solides.
INT – BIBLIOTHEQUE – JOUR
Buffy, Alex et Willow sont assis autour de la table. Giles est contre l’entrée de son bureau et mange une banane. Wesley tourne en rond devant eux.
WESLEY : Et vous dites qu’il vous a demandé du liquide ? C’est très inhabituel.
GILES : Ils demandent de l’argent. Avant, ils demandaient un cœur encore chaud d’une vierge. Les valeurs se perdent.
BUFFY : Il a dit qu’on avait intérêt à y mettre le prix.
ALEX : et c’est quoi cette histoire d’Ascension ?
WESLEY : Heu…
Il regarde Giles.
GILES : On est pas sûr.
WESLEY : non, non… ce n’est pas un terme fréquent en démonologie.
WILLOW (réfléchis) : Oh, oh. Dans le ? , le texte… je crois qu’au chapitre sur les génocides… ils parlent de l’Ascension.
BUFFY : Oh. Et la gagnante est…
ALEX : Ou plus précisément, les perdants sont…
GILES (Surpris) : Où as-tu trouvé ce livre, dis-moi ?
WILLOW (gênée) : dans votre bibliothèque privée. Là où vous cachez ce que vous voulez pas qu’on voit.
Giles va dans son bureau, fâché.
ALEX : Qu’est-ce qu’il cache, hein ? Des gravures compromettantes comme des tableaux de nymphes gambadantes ?
WILLOW : Non, juste des formules secrètes de magie que je suis trop jeune pour connaître.
Giles revient avec le livre en question.
GILES : Heu… Oui, il y a une référence au journal de Deasmond Kay, pasteur d’une ville appelée Charpsville. (lit) 26 mai 1723. “Demain, aura lieu l’Ascension. Que Dieu nous aide”. C’est la dernière fois qu’on en a entendu parler.
WESLEY : De Kay ?
GILES : De Charpsville. La ville a plus ou moins disparue.
Wesley se penche sur le livre.
BUFFY : L’Ascension n’est sûrement pas un évènement très joyeux.
GILES : Je crois surtout qu’il faut que tu rencontre ce démon.
BUFFY : ah oui ? Qui peut me donner 5 000 dollars ?
Cordelia entre et va vers Wesley, déterminée.
CORDELIA (A Wesley) : J’ai quelque chose d’important à vous demander.
ALEX : Important ? Venant d’elle ce mot m’amuse.
CORDELIA (ne fait pas attention à Alex) : Qu’est-ce que vous faites vendredi soir ?
WESLEY : oh, heu… (regarde Giles) Comme chaque soir, mon devoir sacré d’observateur pour être au mieux de mon… Pourquoi ?
CORDELIA : J’ai un exposé à écrire en Anglais. Puisque vous venez d’Angleterre, je me suis dis… (tout le monde la regarde bizarrement) Quoi ? ! C’est tout de même pas un crime d’essayer de faire un maximum de progrès ! (A Wesley) J’étudie mieux dans les bons restaurants. Vers 8h30 ? Réfléchissez.
Wesley reste bouche bée et ne dit rien. Cordelia s’en va.
ALEX : Et le jour où l’expression “piètre excuse” fut inventé, nous nous tûmes admiratifs.
WESLEY (reprend ses esprits) : Très bien. Les Livres de l’Ascension. Le Maire. Un massacre. J’ai la solution. Pourquoi ne pas retrouver ce démon dans les délais les plus bref ? Et pourquoi ne pas essayer de le persuader de nous donner ces livres sans rien en échange ?
BUFFY : C’est Faith la plus persuasive pour ce genre de mission.
WESLEY : J’imagine, oui. Et où est-elle, à ce propos ?
INT – CHEZ LE DEMON – JOUR
Le démon range ses affaires, pressé. Faith défonce la porte d’entrée.
DEMON (surpris) : Salut, la Tueuse. Tu sais, je ne m’attendais pas à ta visite. Donne-moi une minute que je fasse un brin de ménage pour toi.
FAITH : T’as les bouquins ?
DEMON : Oui. Enfin, ça dépend. T’as mon pognon ?
Faith lui donne un coup de poing.
DEMON : tu es dure en négociation. J’ai du respect pour ça. Attends…
Il allume la lumière. Il montre les livres qui sont posés sur le lit. Faith les ouvre et les feuillète.
DEMON : Tu peux vérifier. Tu vois, c’est de la marchandise de qualité. Et ça vaut bien les 5 000.
FAITH : ce sont les Livres de l’Ascension ?
DEMON : C’est les éditions originales. Elles sont belles. D’accord, un petit peu déchirées par endroit… Il suffit d’un point de colle, sinon… Parfait. Bon, bon. Pour les 5 000,c’est… enfin, négociable.
Faith sort un couteau.
FAITH : J’aime pas marchander.
Elle lui plante le couteau dans le ventre. Il tombe à terre. Elle range les Livres. Mais il est toujours vivant et lui attrape la jambe. Il essaie de la mordre mais elle se débat et il tombe sur elle. Elle plante son couteau dans son dos jusqu'à ce qu’il meure. Elle le pousse sur le côté et lâche son couteau. Elle se relève et regarde ses mains, pleines de sang en tremblant.
INT – CHEZ ANGEL – NUIT
Angel lit un livre. Faith est devant l’entrée, hésitante.
ANGEL : Faith ?
Il se lève et range son livre.
FAITH : Angel. J’avais nulle part où aller. Tu sais, j’aime pas qu’on m’aide. Mais j’ai pas le choix parce que… j’ai un problème et je ne sais pas quoi faire.
ANGEL : Viens, entre.
FAITH : Non, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée. Crois-moi.
Il va vers elle.
ANGEL : si, entre. Raconte-moi. Vas-y. Raconte-moi depuis le début.
Elle entre.
FAITH : Ca t’ennuie pas si je saute le passage où maman ne m’a jamais aimé ? J’ai peur de moi-même.
ANGEL : Je comprends.
FAITH : C’est pour ça que je suis venue. La dernière fois, j’avais pas compris mais… tu te rappelles, tu m’avais dis qu’on pouvait se prendre pour un Dieu quand on est capable de tuer.
Elle montre ses mains en sang.
FAITH : Et là, je crois que je viens d’atterrir.
Il regarde ses mains, surpris.
FAITH : C’était pas un humain si c’est ce que tu penses. Mais c’est pas pour autant que je me sens mieux, ni que ce type est moins mort.
Elle s’assoit en fixant ses mains.
ANGEL : Faith, je peux t’aider. (s’assoit à côté d’elle) Seule, tu n’y arriveras pas.
FAITH : Je sais. Et là, vraiment, j’ai peur. J’ai peur de ce que je suis, de ce que je deviens. Une criminelle sans scrupule. Comme toi.
ANGEL : Non, pas comme moi. Je n’avais pas le choix. Toi, tu l’as. Tu peux tout arrêter.
FAITH (les larmes aux eux) : Je ne veux pas ressembler à ce que tout le monde me dit. Lâche, minable ou morte.
ANGEL : T’es pas obligé.
FAITH : Je sais pas. Peut-être que c’est trop tard pour moi.
ANGEL : C’est faux.
FAITH : Angel, j’ai peur. Aide-moi.
Elle le sert dans ses bras.
ANGEL : Ca va aller. Chut, je suis là.
Elle se recule et s’apprête à l’embrasser. Mais il la fait reculer.
ANGEL : Non, non, Faith… Je… suis là, c’est vrai. Mais pas de cette manière-là. Je suis avec Buffy.
FAITH : Buffy. Oui. Je ne veux pas de ça, non plus. Peut-être que si, mais je ne suis pas pressée. Tu l’aimes, hein ?
ANGEL : Oui, je l’aime.
FAITH : T’as de la chance. Elle aussi. C’est bien. On est copains.
ANGEL : on est copains.
FAITH : C’est bien aussi. Je préfère partir.
Elle se lève et va vers la sortie. Angel la suit.
ANGEL : Où tu vas ?
FAITH : Je vais essayer de me calmer. J’ai besoin d’être un peu seule. T’inquiètes pas, tu m’as bien aider. Avoir un ami pour qui je compte.
Elle s’approche de lui.
FAITH : Dis, je sais que je ne devrais pas te le demander mais… Tu crois que si ta vie avait été différente, entre toi et moi, ça aurait pu être différent aussi ?
ANGEL : On ne le saura jamais.
FAITH : C’est vrai. Comment savoir ?
ANGEL : Fais attention à toi.
Elle lui fait une bise sur la joue. Buffy arrive et voit la scène.
FAITH : J’ai passe ma vie à ça.
Elle s’en va. Buffy l’observe, choquée. Elle s’en va aussi.
INT – CHEZ FAITH – NUIT
Faith est assise sur son lit et le Maire est devant elle.
FAITH (énervée) : C’est pas comme si j’avais pas essayer !
MAIRE : Ce n’est pas moi qu’il faut convaincre. Je suis sûr que tu y as mis tout ton cœur. Je ne comprends pas ce que ce type a dans le crâne.
FAITH : Il a Buffy Summers inscrit en majuscules. Voilà, à quoi il pense.
MAIRE (se lève) : Mais calme-toi, ne sois pas découragé. Tu es belle, jeune et énergétique. Tu as la vie entière devant toi. Je ne supporte pas les boudeuses. D’accord, il a refusé un moment de vrai bonheur…
FAITH : J’étais même prête à le faire durer tout le week-end.
MAIRE : Il a refusé tes avances, c’est pas grave. Il y a plusieurs façons de plumer un canard. J’en ai fait l’expérience assez souvent. Puisqu’il faut qu’Angel perde son âme et qu’il refuse de la perdre dans le bonheur… Et bien, tant pis, il va falloir envisager des moyens beaucoup plus pénible.
Il sourit.

ACTE 2
INT – BIBLIOTHEQUE – JOUR
Wesley descend les escaliers en lisant un livre. Giles sort de son bureau.
WESLEY : Vous avez du nouveau ?
GILES (fatigue) : Rien du tout. Pas le moindre indice. (s’assoit) j’ai l’impression de ne pas avoir avancer d’un pouce.
WESLEY (s’assoit aussi) Je n’ai rien trouve non plus.
Giles s’étire.
WESLEY : Ce n’est pas possible que cette Ascension soit un tel mystère.
GILES (s’apprête à se moucher) : peut-être, faut-il averti le Conseil, qu’ils entament les recherches.
WESLEY : heu… Non, je ne crois pas. Il se trouve que le Conseil n’est pas tout à fait au courant que vous travaillez pour moi.
Giles arrête de se moucher, surpris.
WESLEY : Heu… avec moi. Je ne pense pas qu’ils apprécient l’idée de notre collaboration.
GILES : Je n’en tire moi-même aucune gloire. Je n’ai rien a leur prouver. Appelez-les vous-même.
Buffy entre, perdue dans ses pensées, encore sous le choc.
WESLEY : Il me semble que le plus raisonnable est de se procurer ces Livres de l’Ascension très vite. Buffy, toi et Faith partez chercher ce démon.
Elle s’assoit à cote de lui.
WESLEY : Et vite.
BUFFY : Je peux retourner au cimetière. Peut-Être qu’il y sera.
WESLEY : Attends Faith.
BUFFY (agacée) : Ca va prendre des heures. Elle ne brille pas par sa ponctualité. Je vais y aller toute seule.
WESLEY : Buffy. Il faut être deux pour cette mission. Ce démon peut être n’importe ou. Si ces livres sont aussi important qu’il le prétende, il a de bonnes raisons de se cacher. Ce qui rend la tache extrêmement difficile…
Alex entre.
ALEX : J’ai trouve votre démon.
Wesley le regarde, la bouche grande ouverte, impressionne.
BUFFY : Conseil d’ami, Wesley. La bouche fermée, c’est plus chic.
Alex donne un papier a Buffy.
ALEX : J’ai son adresse. Je l’ai obtenu de Willy le Mouchard personnellement.
BUFFY (surprise) : Tu t’es battu avec Willy ?
ALEX : Bien sur. Enfin, disons, que j’ai réussi à mettre la pression. (Giles doute) Ou plus précisément que j’ai demande poliment. Et puis… ok, j’y ai mis le prix.
BUFFY : Combien ?
ALEX : 28 dollars. (A Giles) est-ce que le Conseil rembourse ce genre de faux frais ?
GILES : Tu as un reçu ?
ALEX : ah, mince !
Il s’assoit. Buffy lit le papier.
BUFFY : Je sais ou c’est. A cote de la gare routière. Oh, c’est pas le quartier le plus chic de la ville.
Elle se lève.
GILES : et voilà, encore ! Il n’y a plus de valeur. En principe, tout démon qui se respecte habite au cimetière ou au moins dans une crypte.
BUFFY : Je vais lui faire remarquer.
Elle commence à partir quand Faith entre.
FAITH : remarquer quoi ? (la prend par le bras) Ou est-ce que tu m’emmène ?
Buffy libère son bras, genee et énervée.
BUFFY : Heu… en fait, je vais assurer toute seule.
FAITH : Pourquoi y aurais que toi qui en profiterais ? Tu peux profiter avec ta copine.
Tous le monde regarde la scène. Buffy est énervée.
BUFFY : C’est juste. (montre le papier) chasse au démon.
FAITH (déçue) : ah. Bon, ben, je suis prête.
Buffy s’en va. Faith la suit.
ALEX : C’est une impression ou tout d’un coup il fait très froid ici ?
Giles le regarde, inquiet.
INT – CHEZ LE DEMON – JOUR
Faith et Buffy entrent dans l’appartement. Faith entre rapidement.
BUFFY : Faith, attention.
FAITH : T’inquiètes pas.
Buffy referme la porte.
BUFFY : tu m’as manque hier soir.
FAITH : oui, j’etais a la chasse. C’est pas les ordures qui manquent à Sunnydale, tu le sais.
BUFFY : tu parles…
Elle regarde autour d’elle. Faith allume la lumière. Elles s’approchent du lit et voient le démon, mort.
BUFFY : Quelqu’un est passe avant nous.
FAITH : Je parie qu’il n’y a plus les livres. Un cambriolage.
BUFFY : C’est pas un cambriolage. C’est plutôt un acte prémédité.
FAITH : Il a peut-être essaye de se défendre. Viens, on y va. On ne peut plus rien faire pour lui.
Faith va vers la porte mais Buffy continue de regarder le corps du démon.
FAITH : Viens, dépêche-toi.
Elles s’en vont.
INT – BUREAU DU MAIRE – JOUR
Le Maire est assis derrière son bureau. Il parle à quelqu’un qu’on ne voit pas. Il tend une soucoupe de bonbons.
MAIRE : Menthe ? (la repose) ca ne vous tente pas ? Vous etes quelqu’un de très occupe entre votre chorale et vos incantations. Merci d’avoir pris le temps de venir. (s’étire) Oh, mon dos est brise par le golf. (Mime un lancé) Mais vous etes la.
Plan sur la personne qui est un mage noir. On ne voit que ses yeux. Il enroule par un turban.
MAIRE : Vous savez ce que vous avez à faire. Je compte sur vous. Vous n’attendez rien de moi ?
Le mage fait non de la tête.
MAIRE : Dites-le si vous n’aimez pas ma conversation.
MAGE : vous avez pris un risque considérable en faisant appel a moi. Il faut invoquer les forces magiques les plus implacables pour dérober une âme.
MAIRE (s’amuse avec la soucoupe) : Ce n’est pas rien, en effet.
MAGE : et le travail sera accompli.
MAIRE : Je n’en attendais pas moins. Vous ne voulez toujours pas goûter ? Vraiment, ca ne fait pas grossir. J’adore.
Il en mange un, satisfait.
INT – LYCEE DE SUNNYDALE – JOUR
Willow et Buffy sont assise sur les fauteuils. Willow lit un livre. Buffy fait pareil mais elle le feuillète juste, pensive.
WILLOW : T’es sur que ca va ? Je sais pas, t’as pas l’air dans ton assiette. Y’a pas quelque chose qui te tracasse ?
BUFFY : Non, y’a rien… (Willow la fixe) Je t’assure tout va bien. (Willow insiste) Oh, ca va, ca va, d’accord, arrête de me regarder comme ca. C’est… c’est Faith.
WILLOW : qu’est-ce qui s’est passe ?
BUFFY : Je suis allé chez Angel hier soir. Faith etait avec lui. Et entre eux, ca semblait… très intime.
WILLOW : tu délires. Je sais à quoi tu penses et c’est du délire !
BUFFY : t’as raison. Faith ne me ferais jamais ca.
WILLOW : Faith ferais exactement ca. Faith est le prototype de fille qui… c’est ce genre de fille !
BUFFY (les larmes aux yeux) : Doucement, rappelles-toi que je suis pas dans mon assiette, la.
WILLOW : Non, mais attends. Est-ce que Angel avait la même attitude que certains ont pour elle ? Genre… il faisait le paon ?
BUFFY : Pas vraiment, non.
WILLOW : Buffy. Angel, il te ferait jamais ca. T’as même pas le droit de le penser. Et puis… tu es la seule chose au monde qui compte pour lui.
BUFFY : Parfois, je me le demande. Angel et Faith ont beaucoup de choses en commun. Et il y a plein de choses que je ne sais pas.
WILLOW : Mais ca, tu le sais, c’est clair. Les sentiments qu’il a pour toi. Buffy, moi aussi je suis amoureuse d’un garçon qui n’est pas bavard. Et il vaut mieux les juger a leurs actes.
BUFFY : Justement.
WILLOW : Ah oui ? Mais qu’est-ce qu’il t’a dit ?
BUFFY : Dit ? C’est pas facile de répondre à quelqu’un qui a déjà fait marche arrière.
WILLOW : Tu lui as pas parle ?
BUFFY : J’ai pas pu. J’ai pas réussi. Pas…
WILLOW : ca suffit. T’es une gamine ridicule. Vas parler à Angel.
BUFFY : Mais je veux…
WILLOW (montre la sortie) : Non, vas-y. T’as pas le choix, c’est un ordre.
BUFFY (la regarde) : Merci.
Elle se lève et part. Willow est contente et reprend sa lecture.
INT – CHEZ ANGEL – JOUR
Angel allume le feu de la cheminée. Il regarde l’entrée, surpris.
ANGEL : Faith ?
Faith le regarde, déboussolée.
FAITH : Salut. Je sais, j’ai pas été invite.
ANGEL : Qu’est-ce que tu veux ?
FAITH (va vers lui) : Ecoute, c’est pas mon truc les excuses. Parce que je trouve que quand on essaie de sauver le monde, on a pas a s’excuser de ce qu’on fait.
Elle essaie de se rapprocher de lui mais il l’évite.
FAITH : Mais j’ai réfléchi à propos d’hier soir et je voulais te dire que j’etais vraiment désolée.
ANGEL : Ca va.
FAITH : Non, t’as pas l’air de comprendre. Tu sais, j’etais paume. J’avais besoin de quelqu’un. Mais toi, tu as Buffy. J’aurais pas du l’oublier.
ANGEL : Ca va.
Elle s’avance mais il recule, gêne.
FAITH : tu me crois pas.
ANGEL : C’est pas ca.
FAITH : C’est pas un problème. J’ai l’habitude.
Elle s’éloigne et lui tourne le dos. Angel culpabilise.
ANGEL (va vers elle) : Arrête, Faith. Je sais ce que tu traverses. Je sais combien c’est dur. C’est important dans ces moments de pouvoir parler à quelqu’un. Quelqu’un qui comprend ce que tu ressens.
Il la fait se retourner. Elle tient quelque chose contre elle.
ANGEL : J’ai confiance en toi.
FAITH : tu peux.
Elle jète sur lui un liquide marron. Angel ne comprend pas. Le mage noir sort de l’ombre et dit une incantation. Angel se sent mal.
ANGEL : Faith !
FAITH : Il y a des moyens plus traditionnels mais tant pis. Tu vois, il y a des trucs que Buffy ne connaît pas.
ANGEL : Il ne fallait pas faire ca.
FAITH : Je sais, mais ca m’amuse. Et détends-toi, c’est bientôt fini.
Le mage lance une aura jaune autour d’Angel.
ANGEL : Faith, non !
Le mage continue son incantation. Angel souffre beaucoup. Soudain, l’aura disparaît et le mage arrête de parler. Angel tombe à terre, sur le ventre. Le mage se retire dans l’ombre. Angel se lève, tremblant. Faith va vers lui, intriguée. Angel se retourne, transforme en vampire. Faith est contente. Il l’attrape et l’embrasse.

ACTE 3
INT – CHEZ ANGEL – JOUR
Angel ET Faith continue de s’embrasser. Angel la lâche et la regarde.
ANGEL : Merci, petite fille.
Il lui donne un coup de poing. Elle tombe par terre.
ANGEL : Ah, le goût du baiser d’une Tueuse. Je croyais avoir oublie. C’est comme les cigarettes. Au moment ou on croit avoir réussi…
Faith se relève mais il lui donne un coup de pied dans le ventre.
ANGEL : non, je t’en prie. Te lèves pas.
Il tourne en rond.
ANGEL : Ah, ce que c’est bon de revenir à Sunnydale. Climat agréable. Nourriture abondante. Aucun sentiment humain qui me retienne.
Faith se lève, énervée.
ANGEL : tu sais ce qui m’embête ?
Elle fonce sur lui mais il l’attrape par le cou.
ANGEL : c’est que j’ai l’impression qu’on ne joue pas dans la même cour, tous les deux. Alors, tu vois, je sais pas pourquoi tu m’as transforme mais je vais te dire un truc… (lui tire les cheveux) je suis content que tu l’ai fait.
Elle se libère et le frappe. Elle sort un pieu.
FAITH : J’ai mes raisons.
ANGEL : Devinette. Tu avais besoin du véritable Angel parce que tu avais personne d’autre pour t’amuser ? Tu t’es trompe, je suis pas un jouet.
Ils se battent. Faith a son pieu pointe vers son cœur mais Angel retient son bras.
FAITH : Fais pas le malin, écoute-moi.
ANGEL : tu sais, les vampires en général n’aiment pas engager la conversation avec les Tueuses.
FAITH : C’est pas ce que Buffy a dit.
Elle le frappe et le fait tomber à terre. Elle se met sur lui. Il rigole.
ANGEL : J’aurais du me douter que tu préférais cette position.
FAITH : et toi, tu préfères m’écouter ou mourir ?
ANGEL : Tant que tu es sur moi, j’aime assez que tu gigotes. Mais je peux t’écouter.
FAITH : Il n’y a pas si longtemps, Buffy t’as paye un aller simple pour l’Enfer. Tu veux pas essayer mieux ?
Il se change en humain.
ANGEL : Je t’écoute.
FAITH : T’es mignon. Si tu acceptes de m’obéir, on fait une trêve et je te présente l’être le plus puissant de cette ville. Ca t’intéresse ?
ANGEL : tu parles.
FAITH : tu vas bientôt connaître ton nouveau patron.
Elle l’embrasse passionnément.
WESLEY (V.O) : Notre ennemi se joue de nous.
INT – BIBLIOTHEQUE – JOUR
Oz, Buffy, Willow, Alex et Cordy sont autour de la table. Wesley est debout et leur fait un speech. Giles est à ses cotes. Cordy admire Wesley.
WESLEY : Nous arrivons toujours après lui. Maintenant qu’il a les Livres de l’Ascension, il va falloir redéfinir notre action.
CORDY : Vous avez une très belle voix. Vous n’avez jamais pense que vous pourriez faire du cinéma ?
ALEX : tu l’avez pas encore faite celle-ci.
WESLEY : Oui, essayons… de ne pas nous égarer. Nous savons besoin d’être tous ensemble. (A Buffy) Ou est Angel ?
BUFFY (triste) : Je ne sais pas. Je suis passe chez lui mais il n’etait pas la.
WESLEY : et Faith ?
BUFFY : disparue aussi.
WILLOW : On ne peut rien en déduire. Ca s’appelle une coïncidence.
BUFFY : Qu’est-ce qu’on décide ?
GILES : Buffy, il faudrait que tu essaie de retrouver les Livres de l’Ascension. Vas fouiller le bureau du maire. Mais sois extrêmement prudente. Evites de le rencontrera à tout prix, on ne sait pas ce qu’il prépare.
BUFFY : Je vais chez moi m’équiper pour cette mission. A commencé par ma combinaison d’homme invisible.
Elle se lève et va dans le bureau de Giles.
GILES : Willow, tu en es ou avec les dossiers du Maire ?
CORDY : Excusez-moi, je croyais que c’etait Wesley qui commandait.
Giles se recule, agace.
WESLEY : c’EST… Ce n’est pas grave. Willow ?
WILLOW : Que des mauvaises nouvelles. Pile au moment ou j’ai réussi à entrer dans les fichiers, il a efface le programme. J’imagine qu’il m’a vu venir.
OZ : Pourquoi ne pas essayer les archives ? chercher à la source.
WESLEY : Bonne idée. Ils possèdent des documents sur le Maire, c’est sur.
GILES : Wesley, allez donc là-bas tous ensemble et mettez-vous au travail.
WESLEY : On y va.
Il prend son manteau. Cordy se lève rapidement.
CORDY : Groupe de Wesley, prems !
Wesley est flatte.
GILES : Cordelia, il n’y pas plusieurs groupes.
CORDY : je sais. Mais je l’ai dit la première.
ALEX : Ne le prenez pas mal mais je ne viens pas. Je préfère errer dans le noir, arpenter les trottoirs. Et un groupe de cinq, c’est une foule.
CORDY : Ouais, on etait trop.
Elle met son manteau et s’accroche au bras de Wesley.
OZ : je conduis.
WILLOW : C’est toi le meilleur.
Ils s’en vont. Alex les suit, déprimé.
GILES : Si vous trouvez quelque chose, tenez-moi au courant.
Buffy sort du bureau de Giles avec son manteau. Elle regarde par terre, triste. Elle va vers la sortie.
GILES : Fais attention.
Elle le regarde et part.
INT – BUREAU DU MAIRE – JOUR
Faith et Angel sont devant le maire qui est derrière son bureau. Faith se colle à Angel, ravie.
FAITH : Alors, je peux le garder ?
MAIRE : Nous verrons. Je n’aime pas brûler les étapes. Donc, Angel. Je peux vous appeler Angel ?
ANGEL : et bien, si j’ai le choix, je pencherais plutôt pour Maître.
MAIRE : Ah. Vous savez Angel, je ne veux pas vous faire la morale mais c’est la courtoisie qui impose le respect.
Angel s’avance vers le bureau et prend un coupe-papier.
MAIRE : Et c’est moi désormais qui suis responsable de votre comportement.
Angel fait glisser le coupe-papier sur la table.
ANGEL : Je sais ce que je vous dois.
Il regarde autour de lui.
MAIRE : pas de problème de transition ? Pas d’effets secondaires ?
ANGEL : perdre mon âme m’a libère.
MAIRE : c’est magnifique. Poétique, surtout. Cela dit, je ne lis jamais de poésie. Sauf celles qui sont au dos du journal. Elles sont parfois croustillantes.
Il rigole.
ANGEL : hé. Je ne voudrais pas vous bousculer mais est-ce que vous pourriez aller droit au but ?
MAIRE : Ah, la jeunesse… vite, vite, vite. D’accord. Le but, Angel, je sais au moins que vous n’étés pas patient. Mais vous etes fort. C’est bien pour Faith et ca garantit voter avenir a Sunnydale.
Angel s’amuse toujours avec le coupe-papier.
MAIRE : vous aimez bien mon coupe-papier.
ANGEL : Je l’aime au point d’avoir envie de vous l’envoyer en plein cœur.
Le Maire ouvre grand les bras.
MAIRE : Je vous en prie.
Angel regarde Faith et hésite. Il se décide alors a lancer le coupe-papier droit sur son cœur. Mais le maire met sa main devant sa poitrine. Le coupe-papier traverse la main du Maire.
MAIRE (regarde sa main) : Bien vise.
Il l’enlève le coupe-papier et la main se cicatrise toute seule. Angel est surpris.
MAIRE (se lève) : vous voyez, je suis en quelque sorte… imperméable.
Il essuie le coupe-papier avec une lingette désinfectante.
MAIRE : On ne peut pas me blesser ni même me tuer. C’est justement un atout majeur pour mes projets pour notre chère bonne ville.
Il va vers Angel et lui redonne le coupe-papier.
ANGEL : On ne peut pas vous tuer mais vous craignez pas les microbes.
MAIRE : Ewh… D’affreuses bestioles malsaines ! A moi de vous demandez… Maintenant que Faith a réussi à vous ramener, quelles sont vos intentions ?
ANGEL : Je vais vous le dire. Je vais retrouver cette tueuse qui vous cause tant de problème, la torturer et peut-être même la tuer.
Ils sourient tous les deux.
MAIRE : Parfait. Je suis content de voir que vous avez de la poigne contrairement a tous ces jeunes. Oui, oui, torturez Buffy, tuez la bien sur mais la méthode douce.
ANGEL : Ma spécialité.
MAIRE : Formidable. Magnifique. On peut se passer de Tueuse, a moins bien sur qu’elles ne soient toutes comme ma petite Faith.
Faith sourit, fière d’elle.
MAIRE : Amusez-vous bien.
FAITH : on est parti.
Elle tire Angel mais le Maire le retient.
MAIRE : Heu… Tachez de ne pas la ramener trop tard.
Angel sourit et met le coupe-papier dans la poche de la veste du Maire.
Le Maire les regarde partir, les larmes aux yeux.
MAIRE : Ah… Les enfants grandissent trop vite.
EXT – RUE DE SUNNYDALE – NUIT
Alex marche dans la rue, toujours triste.
ALEX (imitant Cordelia) : « J’adore votre voix, Wesley ! Prems dans votre groupe, Wesley ! » Et les détournements de mineurs, Wesley ? T’en a pas entendu parler ?
Il voit Angel et Faith et marche vite vers eux.
ALEX : Ah, salut. Mais vous étiez ou ? Buffy est chez elle, elle se change et après…
Angel et Faith ne ralentissent pas. Arrive à sa hauteur, Angel lui donne un coup de poing. Alex tombe à terre.
ANGEL : Je ne l’ai jamais aime.
EXT – CHEZ BUFFY – NUIT
Angel et Faith tapent à la porte d’entrée de chez Buffy. Joyce vient leur ouvrir.
JOYCE : Faith. Angel.
ANGEL : Bonsoir, Joyce. Comment allez-vous ? Buffy est rentrée ?
JOYCE (montre l’escalier) : au premier étage.
Faith entre.
JOYCE : Vous ne venez pas de la part des vampires, j’espère.
ANGEL (sourit) : Le seul vampire ici, c’est moi. Vous avez une nouvelle coiffure ?
JOYCE : C’est une couleur.
ANGEL : très joli.
Joyce est flattée. Angel et Faith montent à l’étage.
INT – CHEZ BUFFY / CHAMBRE DE BUFFY – NUIT
Buffy prépare un sac. Elle s’est changée. Faith et Angel entrent.
FAITH : toc toc.
Buffy les regardent, sous le choc. Angel va vers elle.
BUFFY : je vous ai cherche partout.
ANGEL : Nous aussi. Tu n’allais quand même pas partir seule.
Il l’embrasse sur le front en regardant Faith.
FAITH : On a les bouquins.
ANGEL : ils sont chez moi.
FAITH : On voulait les porter à Giles sans toi mais il paraît que l’union fait la force. Alors, allons-y.
Elle sort de la chambre. Buffy prend son sac.
ANGEL : Laisse, je vais le porter.
Il prend le sac et sort. Buffy le suit, triste.
INT – CHEZ ANGEL – NUIT
Angel entre, suivi de Buffy et Faith.
BUFFY : Il faut se dépêcher de mettre les livres en lieu sur. Ils sont ou ?
Angel jète le sac sur la table basse et va devant la cheminée.
ANGEL : En fait, il y a un changement de dernière minute, Buf.
BUFFY (surprise) : Buf ? Tu m’as appelé… (réalisant) Dis moi ce qui t’arrive.
Angel se change en vampire.
ANGEL : Rien du tout. Je me sens bien. Je ne m’etais pas senti aussi bien depuis longtemps.
BUFFY : Angel ?
ANGEL (s’approchant d’elle) : tu vois, je ne te remercierais jamais assez de m’avoir envoyé en Enfer.
BUFFY (effrayée) : non…
ANGEL : si. Et je me demande comment te le dire. Une carte ? Une corbeille de fruit ?
Il attrape Buffy par les épaules. Elle ne réagit pas, sous le choc.
ANGEL : Ou je t’arrache les tripes ?
BUFFY (les larmes aux yeux) : Non…
ANGEL : non, je sais à quoi tu penses. Tu te dis qu’il y a peut-être en moi un sentiment d’amour qui va te sauver la vie. Mais je ne joue plus au prince charmant. Telle est la réalité.
Buffy se libère, énervée.
BUFFY : Je vais te tuer. Bats-toi mais ne me touche pas.
Elle recule.
BUFFY : Faith, il faut qu’on parte d’ici. Vite.
Elle va vers la sortie mais Faith ne bouge pas et sourit.
FAITH : Parles pour toi, princesse. Moi, je reste ici.
Buffy ne comprend pas. Angel se met derrière elle et l’assomme. Faith se rapproche d’Angel.
ANGEL : Il y a un truc que j’aime bien chez Buffy : elle est très mignonne quand elle dort.

ACTE 4
INT – SALLE DES ARCHIVES – NUIT
Willow, Cordelia et Wesley sont autour d’une table et font des recherches.
CORDY : Et bien, je n’aurais jamais cru que ce serait si embêtant de mener une enquête.
Willow et Wesley la regardent.
CORDY : Bon, excusez-moi, je n’ai rien dis.
Oz les rejoint avec un livre.
OZ : Hé, regardez.
Il montre une photo du Maire habille à l’époque du 18eme siècle.
WILLOW : Oh la la. Belle découverte. Regardez un peu ca.
Elle compare la photo avec celle du maire actuel. Wesley se met à cote d’elle.
WILLOW : Waouh, tel père tel fils.
OZ : Des sosies parfaits. Absolument identiques.
WESLEY : Le Maire Wilkins aurait dépassé la centaine. Il n’est pas humain.
Alex arrive.
ALEX : J’ai horreur de gâcher l’ambiance mais c’est pire que ce que vous pensez.
Ils se retournent. Willow va vers lui.
WILLOW : Alex ? Qu’est-ce qu’il t’est arrive ?
ALEX : Il y a des gens qui ne supportent pas qu’on dise « je vous l’avais dit ». Pas moi. Je vous l’avais dis. Angel le monstre est de nouveau parmi nous. Et… je vous l’avais dis.
WESLEY (s’approche) : Angel a vendu son âme ? Alex, c’est extrêmement grave. Est-ce que tu en es sur ?
ALEX : Laissez-moi réfléchir… C’est difficile a dire. On a pas discuté, il m’a cogne avant.
WESLEY : Il faut prévenir Giles au plus vite.
ALEX : Vous avez raison. C’est tout à fait le moment pour débattre. Tant pis si on arrive trop tard et que Buffy est déjà morte.
CORDY : Calme-toi, Alex. N’accuse pas Wesley, c’est pas sa faute.
ALEX : Justement, si. Faith est sous sa responsabilité. Angel est devenu son petit camarade.
WILLOW : Faith et Angel ? Ils sont ensemble ?
ALEX : Oui et on peut pas dire que ca fasse rêver.
INT – CHEZ ANGEL – NUIT
Buffy reprend conscience. Elle est attache au mur. Angel resserre ses chaînes.
ANGEL : bonjour la Belle au Bois dormant.
Buffy s’agite.
ANGEL : Tu sais ce qui me fait de la peine ? C’est que pendant tout ce temps, on n’ai jamais essaye les chaînes. Bon. Oublions le passe. Le meilleur est devant nous.
Il rejoint Faith qui est assise sur la table basse.
FAITH : t’es belle en femme soumise. Tes fringues, c’est pas ca, mais ca ira.
BUFFY : tu ne sais pas ce que tu fais.
FAITH (se lève) : tu crois ? C’est bizarre. J’ai l’impression que je me sens enfin bien dans ma peau. Peut-Être que je me venge de mon enfance malheureuse. Quand j’etais petite, j’implorais ma mère pour avoir un chien. Mais en fait, ce que je voulais, c’etait quelqu’un a aimer.
Elle attrape Angel et l’embrasse passionnément. Buffy ferme les yeux, exaspérée. Elle se sent mal.
FAITH : Un chien, ca m’aurait suffit. Enfin… un chien et des jouets.
Elle soulève une bâche sur la table basse et révèle des instruments de torture. Buffy essaie de se détacher mais n’y arrive pas.
FAITH (prend une pince) : Mais ma mere etait tres occupee, tu vois. Elle aimait beaucoup boire et passer ses nuits dehors. Et moi, j’ai pas eu ce que je voulais. Jusqu'à aujourd’hui.
Elle s’avance vers Buffy avec la pince, souriante.
BUFFY : Faith, écoute-moi, essaie de comprendre. Angel est un assassin. Il te tuera après m’avoir tue !
Angel joue avec une pince.
ANGEL : Elle a raison. C’est probable, oui.
FAITH (impassible) : ah oui ? Alors, il vaut mieux pas que tu meures trop vite. (elle se met face a elle) Mais avant qu’on commence, je veux que tu saches : si ca te fait trop mal, t’as le droit de crier.
BUFFY : Pourquoi Faith ? qu’est-ce que tu vas y gagner ?
FAITH (se penche sur elle) : tu veux savoir ? Tout. On m’appelle à Sunnydale, je suis Tueuse, je fais mon boulot et je me bats mieux que les autres. Et qu’est-ce que j’entends partout ou je me balade ? Buffy. Je continue à tuer, et je me conduis en gentille fille, et j’obéis aux ordres. Et qui on remercie ? Buffy.
BUFFY : c’est pas ma faute.
FAITH : Et tout le monde me demande « Pourquoi tu n’es pas comme Buffy ? ». Est-ce que quelqu’un t’a déjà demande d’être comme moi ?
ANGEL : Moi, jamais.
Faith est encore plus énervée.
FAITH : T’as un protecteur, t’as une maman, t’as ta petite bande de pote. Et moi qu’est-ce que j’ai ? Quedale ! Alors que cette vie devrait être à moi ! !
Elle va vers la table basse pour changer d’instrument.
BUFFY : Faith, écoute-moi !
FAITH : Pourquoi ? Tu vas me sortir ta morale bien pensante a la Buffy, c’est ca ? Tu crois que t’es meilleur que moi, dis-le ! Vas-y, qui est la meilleures de nous deux ?
BUFFY : C’est moi.
Faith se retourne, surprise et énervée.
BUFFY : J’ai toujours été la meilleure.
FAITH : t’as peut-être pas tout suivi. (elle se blottit contre Angel) Angel est avec moi.
BUFFY : et tu l’as eu comment, Faith ? La magie. (Angel donne à Faith un bistouri) Tu as fait appel aux forces occultes ? Parce que dans le monde réel, Angel ne t’aurait pas touche. On le sait toutes les deux.
Faith s’avance rapidement vers elle avec le bistouri en main. Elle donne un coup de poing a Buffy.
BUFFY : Si j’etais pas attache, tu aurais peur de me frapper. Tu sais comment on appelle les gens comme toi ? Des lâches.
Faith plante le bistouri a cote du visage de Buffy.
FAITH (sourit) : Tu essaies de me pousser à bout pour que je te tue. Je suis trop bien élevé. (elle attrape son visage) Tu vas attendre.
BUFFY : attendre que ton patron commence sa fameuse Ascension ? Tu crois que je ne peux pas l’en empêcher ?
FAITH : Comment ?
BUFFY : tu verras.
FAITH : T’as pas compris. On ne peut pas empêcher l’Ascension du Maire. Tout est prévu, Buffy. Il a bâti cette ville pour les démons. Et le jour de la remise des diplômes, tout sera accompli. Et je serais assise à sa droite. Il ne sera peut-être pas la physiquement après sa transformation. Mais c’est pas grave, peu importe. Ce que je sais, c’est que tes petits copains seront bel et bien morts. Pense bien a eux quand ton ex va jouer avec toi, d’accord.
BUFFY : Jamais je ne t’aurais cru capable de tant de cruauté.
FAITH : Qu’est-ce que tu veux… (regarde Angel) je suis une très bonne actrice.
Elle regarde Buffy, fière.
ANGEL : T’es pas la meilleure.
Faith se retourne vers lui au ralenti, ne comprenant pas.
BUFFY : On a l’information. Le jour de la remise des diplômes.
ANGEL : Je crois qu’on en sait autant qu’elle.
BUFFY : Je peux faire un tour de magie ? (elle se détache et montre ses mains) Je suis libre.
Faith ne sait plus quoi faire, énervée.
FAITH : Vous m’avez roule ! Vous ne m’aurez pas !
Soudain, Alex et toute la bande entrent dans le manoir. Faith jète Angel sur Alex. Buffy fonce sur Faith et elles se battent. Buffy prend un bistouri sur la table basse. Buffy se met à genoux et fait tomber Faith. Elle se retrouve face à face à genoux. Elles tiennent chacune un bistouri pointe sur la gorge de l’autre. Elles n'osent pas trancher la gorge de l’autre.
FAITH : Qu’est ce que tu vas faire, Buffy ? Si tu me tues, tu vas me ressembler. T’as pas envie de ca.
Elle attrape la tête de Buffy et l’embrasse sur le front.
FAITH : t’es pas prête.
Elle s’enfuit en courant. Buffy est sous le choc. Willow rejoint Buffy.
WILLOW : Est-ce que ca va ?
Buffy regarde Angel avec reproche. Il baisse la tête, gêne.
INT – BIBLIOTHEQUE – NUIT
Alex, Willow, Buffy et Wesley sont autour de la table. Buffy est assise, pensive. Sur la mezzanine, Giles parle au mage noir.
MAGE : Ma tache est accomplie.
GILES : Oui. Merci de m’avoir répondu. Et surtout bravo pour l’efficacité de votre son et lumière.
MAGE : Ceci rétablit la balance entre nous. Ma dette envers vous est enfin acquittée. Ne m’appelez plus jamais.
GILES : Plus jamais. Que la paix soit avec vous.
MAGE : Qu’il en soit de même pour vous.
Il se retire dans l’ombre et disparaît. Giles rejoint les autres.
WILLOW : sa dette envers vous est payée ? Qu’est que vous aviez fait ?
GILES : Oh, je lui ai présenté sa femme.
WESLEY (allant vers Giles) : Pour une fois, je proteste ! Vous avez pris le risque d’opposer deux Tueuses dans un dangereux face à face. Ca aurait pu très mal finir. Et sans m’en informer ! (il va vers le bureau) Je préviens le Conseil.
GILES : C’est ca, faites-le donc. (Wesley se retourne) Et surtout, parlez-lui de votre Tueuse rebelle. C’est ca le plus dangereux.
BUFFY : Au moins, on sait à quoi s’en tenir.
GILES : et on en sait plus a propos l’Ascension.
WILLOW : Le jour de la remise des diplômes. Ca pourrait gâcher la fête. Et on sait qu’Angel n’est pas méchant, c’est une bonne nouvelle.
ALEX : T’as raison. Ca fait vraiment du bien de savoir qu’il ne m’a pas méchamment casse la figure. J’ai un « gentil » bleu.
BUFFY : il jouait la comédie, Alex. (essaie de se convaincre elle-même) Il faisait semblant.
MAIRE (V.O) : Un de perdu, dix de retrouve.
INT – CHEZ FAITH – JOUR
Faith regarde par la fenêtre, triste. Le Maire est assis sur un fauteuil.
MAIRE : De mon point de vue, c’est la moyenne qui compte. Ce n’est pas une grande perte, tous tes copains.
FAITH (allant vers lui) : Je ne suis pas sure que ce soit le mot qui convienne.
MAIRE : Raison de plus pour ne pas être triste. Tu sais pourquoi je ne suis pas triste, moi ? Et bien je vais te le dire. (se lève) C’est moi ton meilleur ami et je le resterais toujours.
Faith le regarde, étonnée.
MAIRE : De plus, une fois que l’Ascension commencera, tu va voir comment ca va te plaire. Oh, tu brilleras de tous tes feux sous les applaudissements de la foule. Je te le promets.
Faith s’assoit sur son lit, pas soulagée.
MAIRE : Tu préfères bouder ? Ah, j’ai une idée. (s’accroupit près d’elle) Je connais deux mots qui sont magiques pour chasser le chagrin. Miniature. Golf.
Il rigole. Elle est étonnée mais rit aussi.
INT – CHEZ ANGEL – JOUR
Plan sur les chaînes qu’avaient Buffy sur la table basse. Buffy entre et va devant Angel qui est assis par terre.
ANGEL : comment ca va ?
BUFFY : Peut mieux faire.
ANGEL : Je vois ce que tu veux dire. (se lève) tu as été un vrai petit soldat hier soir, Buffy.
BUFFY : C’est comme ça. Toujours prête.
ANGEL : Je sais que ça a été dur pour toi.
BUFFY : Je doute que tu puisses savoir.
ANGEL : Je peux faire quelque chose pour t’aider ?
BUFFY (les larmes aux yeux) : Tu vois, je sais que tu as fait ce que je t’ai demande. Et qu’on a eu ce qu’on voulait.
ANGEL : Je ne pensais pas que ca irait aussi loin.
BUFFY : Je sais ça. Je ne te demande pas de te justifier. C’est que… avoir vu… donne-moi le temps d’oublier.
Angel est triste.
BUFFY : S’il te plait.
Elle part.
ANGEL : Je n’aime que toi.
BUFFY (s’arrête et se retourne) : Moi aussi.
Elle s’en va. Plan sur Angel qui est triste et retient ses larmes.